The Edukators
Die fetten Jahre sind vorbei

Film allemand de Hans Weingartner

Avec Daniel Brühl, Julia Jentsch, Stipe Erceg, Burghart Klaussner


Sélection Officielle Cannes 2004


Par Henri Lanoë
 
Sortie le 02-02-2005

Durée: 2h06

 

Kontestazion

Pour son deuxième long-métrage, le jeune cinéaste autrichien Hans Weingartner a écrit un astucieux scénario qui mêle le discours politique, les problèmes sentimentaux et le film d’action en prenant le spectateur à contre-pied et en basculant du suspense au thriller, puis du drame à la comédie. Jan et Peter, the Edukators, veulent changer le monde. Pour cela, ils s’introduisent dans de riches demeures délaissées par les propriétaires en vacances et déplacent tous les objets et meubles, sans jamais rien voler, laissant seulement un message inquiétant : «Les années grasses sont révolues».

La belle Julie s’intègre au duo (tendance Jules et Jim) et, évidemment, rompt la belle harmonie de nos deux contestataires. Un soir, une opération tourne mal et le trio se voit obligé d’enlever un homme d’affaires, violence qui n’entrait pas dans la stratégie de leurs actions. Déstabilisés par ce rapt, les jeunes gens perdent peu à peu leurs repères, d’autant que leur victime développe un discours qui finit par les ébranler. Pour ne pas gâcher le plaisir de la découverte, je ne m’étendrai pas sur les multiples développements de ce scénario jusqu’à la pirouette finale.

Quelques allègements seraient bienvenus dans les lourdes tirades politiques du théoricien de la bande qui plombent inutilement ce scénario inventif. Mais il s’agit là d’un défaut mineur noyé dans les qualités du film en tête desquelles figurent le trio de jeunes comédiens (dont Daniel Brühl découvert dans Goodbye Lenin) et leur vieux kidnappé retors.