Tu vas rire mais je te quitte

Film français de Philippe Harel

Avec Judith Godrèche, Sagamore Stévenin, Ariane Séguillon, Coralie Revel





Par Henri Lanoë
 
Sortie le 05-01-2005

Durée: 1h32

 

Comi-tragédie

Philippe Harel continue à tracer son sillon dans l’humour tristounet qu’il affectionne avec ce nouveau film dont l’excellent titre est révélateur de ses goûts. Il nous dépeint la vie chaotique d’une (très) intermittente du spectacle qui va de casting en casting et d’échec en échec.

Sa vie sentimentale ne vaut guère mieux avec un éventail d’amants divers constitué d’un crétin obtus, d’un partouzard junky ou d’un intello frappé par l’andropause. Ses copines la trahissent parfois et même son père dévoué finit par se lasser du caractère de cette fille que la trentaine (dépassée) panique.

Abandonnant ses rôles de french Garbo où on la cantonnait, Judith Godrèche a finalement trouvé son Ninotchka grâce à Philippe Harel. Elle éclate de fantaisie dans ce personnage de born loser blonde et dévoile un sens de la comédie jusqu’alors insoupçonné dans ce film qui égratigne plus qu’il ne blesse les divers milieux qui constituent le show biz.

Le seul reproche que j’exprimerais concerne la construction du scénario. On a l’impression d’un brillant prologue qui s’installe, dure et se prolonge jusqu’à la dernière bobine (un peu plate et convenue), sans que l’histoire ne s’installe pour se développer réellement. Mais l’esprit caustique des dialogues et la qualité des interprètes atténuent ce regret et rendent tout de même séduisante cette drôle de comédie.