Les Temps qui changent

Film français de André Téchiné

Avec Catherine Deneuve, Gérard Depardieu, Gilbert Melki, Lubna Azabal, Malik Zidi





Par Henri Lanoë
 
Sortie le 15-12-2004

Durée: 1h38

 

Attention, Tanger

Encore un nouveau roman-photo sur nos écrans :

Un architecte parisien vient surveiller le chantier de la maison de la Radio à Tanger, mais il cherche surtout à retrouver l’amour de sa vie qu’il n’a pas revue depuis 30 ans (!) et qui a refait sa vie avec un médecin marocain dont elle a un fils qui est bisexuel et qui vit chastement avec une compagne sous tranquillisants qui a un fils de père inconnu et une s½ur jumelle qui porte le voile islamique et refuse de la voir (pour des raisons qui m’ont échappé) tandis que l’architecte, qui n’a vraiment pas la baraka, s’assomme contre une vitrine qu’il n’a pas vue avant d’être enseveli sur son chantier sous quelques tonnes de terre. Fin ? Non. Plongé dans un coma profond, il est veillé par Catherine Deneuve qui lui prend enfin la main lorsqu’il entrouvre les yeux. Fin ? Oui.

Pour tenter de donner de l’intérêt à cette histoire, André Téchiné s’appuie sur un flash-back totalement gratuit et confie la caméra à l’épaule d’un cadreur parkinsonien auquel la production a dû refuser la location d’un steadycam, d’où une accumulation de plans tremblotants au lieu de l’écriture d’une modernité nerveuse espérée. La vacuité des scènes qui se succèdent entre les divers protagonistes laisse planer un doute sur la collaboration réelle de Pascal Bonitzer au scénario. Pour des raisons personnelles, Téchiné se dit fasciné par le Maroc et les Marocains : c’est pourtant dans la France provinciale qu’il a réalisé ses films les plus inspirés et les mieux maîtrisés. Souhaitons-lui de retrouver les bords de la Loire pour son prochain sujet.