Nathalie...

Film français de Anne Fontaine

Avec Fanny Ardant, Emmanuelle Béart, Gérard Depardieu





Par Morgane Perrolier
 
Sortie le 07-01-2004

Durée: 1h45

 

3615 Nathalie

Voici le couple de La femme d'à côté à  nouveau réuni (Fanny Ardant - Gérard Depardieu), avec  la piquante Emmanuelle Béart dans le rôle de l'invitée. Ca commence plutôt bien. Malheureusement, Anne Fontaine va de cliché en cliché et réussit à faire de son dernier film un ratage complet.

Après bien des années de vie commune,  Catherine apprend que Bernard, son époux, la trompe. Elle paie alors Marlène (alias Nathalie), une prostituée, pour qu'elle passe du bon temps avec son volage de mari et lui raconte ensuite le détail de ses aventures. Les tête-à-tête des deux femmes se succèdent. Avec des dialogues de messagerie rose, la sulfureuse Nathalie raconte les exploits sexuels du malheureux Bernard. Mais - ô surprise ! - ce dernier s'avère finalement n'être qu'un bon père de famille, certes frustré par une routine de couple qui manque un peu de piment, mais incapable d'être le héros de tels récits. Nathalie se jouait donc de Catherine. Pas de rendez-vous secrets à l'hôtel ni dans les toilettes du restaurant. Tout ça, c'était bidon. Que se passe-t-il alors ? Eh bien tout est bien qui finit bien : les deux femmes restent copines, l'amour conjugal se trouve renforcé par les méandres du trio, et c'est tout bénéf' pour Catherine qui a appris plein de nouveaux trucs avec son amie Nathalie. Pas très original, me direz-vous ? Bien pire : ennuyeux, prévisible et de mauvais goût.

Si Emmanuelle Béart manque cruellement de crédibilité (difficile de penser à son texte quand on doit obéir à l'impératif absolu "tiens toi droite, rentre le ventre et surtout, reste naturelle"), Fanny Ardant, quant à elle, est franchement mauvaise. Les répliques sont ridicules (inoubliable " paraît que j'étais un bon coup " de Catherine), et les acteurs le sont presque autant. Nathalie est l'un des premiers films français de l'année 2004. Nous ne dirons pas que ça débute fort mal, mais ce qui est certain, c'est que nous pouvions espérer mieux.