Wajib

Film palestinien de Annemarie Jacir

Avec Mohammad Bakri, Saleh Bakri, Maria Zreik, Rana Alamuddin


Sélection à Locarno


Par Henri Lanoë
 
Sortie le 14-02-2018

Durée: 1h36

 

Road Movie à l Orientale

Le Wajib (Invitation au Mariage) est un courrier que les hommes de la famille doivent porter en mains propres aux amis proches pour les inviter à un mariage. Il est hors de question de l’envoyer par la poste ou par des étrangers. Ce rite social est pratiqué dans les pays arabes et le film d’Annemarie Jacir se déroulant à Nazareth, en Palestine occupée depuis 70 ans par Israël, nous fait découvrir l’étrange vie quotidienne de ses habitants, soit 40% de chrétiens, 60% de musulmans + une pincée d’athées, tous munis de papiers d’identité israéliens. Ces citoyens de seconde classe sont issus de la petite minorité de Palestiniens qui a refusé de partir de chez eux pour éviter de devenir des réfugiés permanents.

La réalisatrice Annemarie Jacir nous fait donc partager la journée consacrée à la délivrance de ce courrier aux différents destinataires par le père de la mariée, Abu Shadi, accompagné de son fils Shadi, revenu de Rome où il est architecte. A cette occasion, on a ressorti la vieille Volvo pour sillonner les ruelles de Nazareth tandis que le père et le fils discutent des conditions de vie locales. Abu Shadi, 65 ans, est enseignant dans une école palestinienne, mais elle est contrôlée par le Ministère de l’Education d’Israël qui a supprimé du programme… l’histoire de la Palestine ! C’est pour éviter ces humiliations qu’il avait engagé son fils à s’expatrier. Shadi a une fiancée qui l’attend à Rome, mais comme elle est également fille d’émigrés, l’éventuelle possibilité pour le couple de se réinstaller à Nazareth est faible, sinon nulle. Toutes les difficultés de cette situation politique qui s’éternise sont évoquées dans ce dialogue à bord de la voiture entre deux visites aux futurs invités. La tension monte souvent entre les deux hommes, le père mettant encore ses espoirs dans l’O.L.P. alors que le fils la considère comme un mouvement désormais manoeuvré par les Américains. Les deux excellents acteurs qui s’affrontent dans ce huis-clos automobile sont réellement père et fils et leur débat est entrecoupé des quelques moments de détente que leur offrent les futurs invités lors de la remise du précieux Wajib.

Cet excellent troisième long-métrage d'Annemarie Jacir est le fruit d’une large co-production entre quelques pays européens avec certains du Golfe. On ne s’étonnera pas que Israël n’en fasse pas partie (encore que les cinéastes israéliens dénoncent souvent les abus de la politique de leur gouvernement envers les Palestiniens). Wajib représentera donc la Palestine aux prochains Oscars. On verra si Hollywood partage les opinions du Président Trump.