Sois sage

Film français de Juliette Garcias

Avec Anaïs Demoustier, Bruno Todeschini, Nade Dieu





Par Elise Heymes
 
Sortie le 15-04-2009

Durée: 1h31

 

Premier film courageux, Sois sage enveloppe de grâce le sujet tabou de l'inceste, puis le brise avec originalité. Mais le secret et le silence se révèlent ici plus cinématographiques que la confrontation et les mots.

Nathalie, 20 ans, sillonne les routes d'une campagne quasi déserte pour distribuer quotidiennement le pain. Elle se fait appeler Eve et s'invente des amoureux lointains; en tout cas, elle "a quelqu'un". Au coeur de ce pays retiré, vit Jean avec sa femme et leur enfant. Eve les épie. Jusqu'au jour où elle vient à les côtoyer...

La cinéaste travaille la rupture. Les yeux d'Eve sur lesquels sa caméra s'appesantit incessamment, sont le fil conducteur du film. Ces regards silencieux, la nature doucement sonore, sont rompus par de brusques changements de plans qui installent ou déroutent le malaise. Leur caractère inattendu est renforcé par un montage précis. Quand ce n'est pas le visage d'Eve, la caméra fouille les matières (depuis les sorbets et la pâte à pain jusqu'à la fourrure de charognes, la chair gluante d'escargots...) qui jonchent le cheminement de la jeune femme.

La première heure du film est comme habitée: on est porté d'une sensation et d'une réminiscence indicibles à d'autres. Le secret circule à l'image, entre légèreté et tension dramatique. La révélation, doublée de la confrontation entre la fille et son père est forcément déceptive: les mots n'apportent rien de plus... pour dire la complexité du lien incestueux, où se mêlent ici amour et haine, fascination et honte, nostalgie du passé (celui du lien) et peur de l'avenir (sans plus aucun lien). Après Eve, qui sera finalement Nathalie ?