Welcome

Film français de Philippe Lioret

Avec Vincent Lindon, Firat Ayverdi, Audrey Dana





Par Elise Heymes
 
Sortie le 11-03-2009

Durée: 1h50

 

Après Je vais bien, ne t'en fais pas, où il sondait l'amour gémellaire et les liens familiaux, Philippe Lioret s'intéresse à l'engagement individuel en faveur des réfugiés clandestins. Ce Welcome pourrait se résumer au mot "ensemble", tant il dénonce en filigrane des mécanismes sociétaux qui montent les individus les uns "contre" les autres. Un film poignant.

Simon est maître nageur à Calais. Homme sans histoire si ce n'est qu'il est en instance de divorce. Il fait la connaissance de Bilal, jeune réfugié kurde qui veut apprendre à nager pour traverser la Manche et rejoindre la jeune femme qu'il aime, en Grande-Bretagne. Simon l'entraîne et le prend sous son aile. A leurs risques et périls.

Lioret évite le manichéisme. Simon n'est pas un saint altruiste, un héros sacrificiel. Il agit par delà ses propres intérêts (en aidant Bilal, il se met la police à dos et risque des années de prison) dans une optique personnelle: reconquérir sa femme. Le jeune Bilal force son admiration. Simon glisse alors peu à peu dans la revendication de sa désobéissance civile; il s'oublie et méprise le "danger". Car qu'est-il et que risque-t-il en comparaison de ce jeune irakien qui a marché pendant trois mois pour atteindre le port de Calais et va risquer sa vie dans la Manche hivernale? Ce jeu de contrastes renforce l'efficacité du film. Lioret nous montre tour à tour les espaces partagés des Calaisiens (appartement, supermarché, piscine etc) toujours très lumineux et l'espace désertique du port, où se confinent les migrants clandestins dans la nuit froide. Le cinéaste ne tire pas de conclusions avant l'issue de son film. Il fait d'abord vivre le spectateur au rythme d'une réalité quotidienne. Celle d'un homme intègre que l'entourage, les voisins, la loi, la police placent peu à peu à l'écart, voire stigmatisent. Et les actes des personnages de Lioret ont des conséquences qui parlent d'elles-mêmes.