Revolver

Film américain de Guy Ritchie

Avec Ray Liotta, Jason Statham, André Benjamin, Vincent Pastore





Par Esther Castagné
 
Sortie le 28-09-2005

Durée: 1h55

 

De quoi s'flinguer!

Revolver ou à quel point la prétention et la bêtise font mauvais ménage. L'arnaque se veut brillante et «surhumaine», elle est juste débile et prévisible. Au fond, l'arnaque, c'est avant tout de nous faire croire qu'il y a là matière à un film et surtout que c'est un film à voir.

Le réalisateur Guy Richie est donc le principal arnaqueur de l'histoire d'autant plus qu'il prend vraiment ses spectateurs pour des cons. L'intrigue n'est pas crédible : on a compris la «subtilité» au bout de cinq minutes et les embrouilles qui suivent – pendant presque deux heures qui en paraissent vingt – ne tiennent pas la route. Le scénario est bâclé et frimeur. Le style est tendance. Le résultat catastrophique. Le malheureux Ray Liotta est parfaitement ridicule à poil dans son palace de crapule friquée qui ne pense qu'à se faire encore plus de tune et beaucoup d'uv. Le héros de l'histoire Jeremy Statham devrait être futé mais c'est tout le contraire qui transparaît dans son regard vide et hébété. Pour couronner le tout, alors qu'on respire enfin en se croyant délivré du calvaire qui vient de nous être infligé, le réalisateur ne trouve rien de mieux que de citer Hitler (et oui, vous avez bien lu Adolf Hitler !) en bonus. Quelle conclusion délicate et raffinée ! Il faut alors choisir entre colère et consternation. Ou peut-être vaut-il tout simplement mieux se contenter du mépris devant un tel étalage de stupidité fanfaronne.