Zim and Co. (La caisse)

Film français de Pierre Jolivet

Avec Adrien Jolivet, Yannick Nasso, Mhamed Arezki, Naidra Ayadi, Nathalie Richard

Sortie le 24-08-2005
Sélection officielle Un Certain Regard (Cannes 2005)
 
   

Par Esther Castagné


Durée: 1h30

 
 
   

Un pour tous et tous pour un

Zim est vraiment dans la merde, il vient d'avoir un accident de mob et les flics qui l'ont contrôlé se sont aperçus qu'il a fumé de l'herbe d'une part et d'autre part qu'il a un casier à cause d'une vieille histoire à la con. Bref, il a intérêt à assurer parce que dans quelques mois il va passer devant le juge et s'il ne montre pas patte blanche, il risque la taule. Ses fidèles copains vont l'aider tant bien que mal à se sortir de cette petite galère.

Jolivet réalise là un film de potes. Un film de famille aussi puisque son fils Adrien est à la fois acteur principal (Zim) et compositeur de la BO du film. Ça reste avant tout un film de 'djeuns' avec tout ce que ça entraîne. Si on ne s'ennuie pas une minute car le film a un bon rythme et que la bande déborde d'énergie, Zim and Co. n'échappe pas aux clichés (blanc, black, beur, les deux derniers se faisant systématiquement contrôler par la police à cause de leur couleur de peau – pour ne citer qu'un exemple –). Clichés parfois – souvent même – vrais mais qui fragilisent la critique sociétale qu'on sent poindre tout au long du film. La caricature de chaque 'type social' qu'on rencontre ici affaiblit la dénonciation et décrédibilise le message, tout en le rendant – et ça peut être considéré comme une qualité – plus léger et donc plus facile d'accès. Se pose aussi le problème de la présence d'Adrien Jolivet qui a un peu trop le profil 'fils de riche beau-gosse qui se la joue cool' pour convaincre totalement en petite frappe de banlieue. Il est décalé par rapport aux autres, décalage qui existe parfois dans la réalité mais que Jolivet père a tendance à vouloir gommer en en faisant un polonais, fils d'une mère célibataire paumée et limite alcolo, interprétée par une Nathalie Richard fofolle et très en forme. D'ailleurs les acteurs en général sont vraiment bien et attachants, notamment Arthur (Yannick Nasso). Pour ce qui est de la réalisation, Jolivet a parfois fait mieux parce que plus audacieux (on pense à Fred par exemple) mais Zim and Co. reste tout ce qu'il y a de plus honorable. Les dialogues sont bons, on se prend à l'histoire bien qu'elle demeure assez convenue tant dans son contenu que dans son traitement. On peut s'étonner que le film ait été sélectionné à Cannes dans la catégorie Un certain regard mais pas le regretter. C'est un divertissement assez français, ou même assez francilien, mais pas inutile ni dépourvu de message et on y plonge dès les premières scènes, parce qu'ils sont bien sympas tout de même Zim et ses potes.