Quand la mer monte

Film français de Yolande et Gilles Moreau et Porte

Avec Yolande Moreau, Wim Willaert, Olivier Gourmet

Sortie le 27-10-2004
 
   

Par Laurence Bonnecarrère

 
 
   

Sérénade en plat pays

C'est l'histoire d'Irène, une comédienne   en tournée dans le Nord de la France, qui galère de soirées blafardes en petits matins blêmes, de maisons de retraites en cabarets surannés. 

Ce n'est pas un sujet facile,et personne ne s'attend à voir  un remake de Pretty Woman. On connaissait  Yolande Moreau, actrice et co-réalisatrice,   depuis  les Deschiens,   ce qui n'est pas forcément  la meilleure carte de visite : on pouvait tout craindre de deux heures de sketches  dans l'esprit  grinçant - sinon glaçant -  des Deschiens. Mais on est aux antipodes de cela. Le film raconte une histoire d'amour très premier degré entre l'héroïne  et un jeune homme sur lequel elle jette son dévolu au hasard d'une soirée. Ce garçon très attachant deviendra son partenaire occasionnel, puis son amant. Mais la romance est sans avenir car Irène n'est pas libre  et, tôt ou tard, elle retrouvera les siens. Même si les virées nocturnes d'Irène, entre autres, comportent parfois des surprises,tout cela n'est pas vraiment  désopilant. Le spectacle  de music-hall auquel on assiste progressivement grâce à un élégant montage alterné, est teinté de mélancolie, ce qui n'empêche pas   le film lui-même d'être  un précipité  de  bonne humeur communicative, un concentré   d'émotions élémentaires  et de poésie brute. La mise en scène nous entraîne dans une ambiance de carnaval assez envoûtante; on songe à Fellini, ou encore   aux plus belles chansons de Jacques Brel. Cette esthétique à fleur de peau emporte  l'adhésion sans difficulté, et si le film est  inégal,  il est très personnel  et  comporte des moments vraiment poignants. On se souviendra de la dernière scène.