Une affaire de coeur
Laws of Attraction

Film américain de Peter Howitt

Avec Julianne Moore, Pierce Brosnan, Parker Posey, Michael Sheen

Sortie le 08-09-2004
Deauville 2004 - Hors compétition
 
   

Par Simon Legré


Durée: 1h27

 
 
   

Le mariage de mon meilleur ennemi

Pierce Brosnan, notre James Bond de superette préféré, veut conquérir le monde fleuri d’Hollywood. Et comme cet échalas ténébreux est Irish, il se dit que ce serait bien d’insuffler un peu de gaelic culture à l’usine à rêve.

Il y a quelques mois, sa maison de production nous avait pondu Evelyn, mélo en phase terminale engoncé dans une orgie de clichés (pubs enfumés, ouvriers exploités, clergé dégénéré). Changement de cap avec cette énième romance téléphonée, pas désagréable mais un peu navrante, qui se risque, en vain, à une sournoise émulation de Madame porte la culotte de Cukor et qui comporte son garde-manger de lieux communs.Voici deux pit-bulls du barreau (catégorie divorce), bobos jusqu’au bout des implants capillaires, qui s’affrontent avant que n’éclate la vérité des coeurs. Elle, luciole carnassière aux dents coruscantes, lui grand papillon chiffonné aux allures de lit défait… Gardons notre calme, nous ne sommes pas dans Mr. et Mrs. Smith au sénat. Car mis à part ce marasme scénaristique, il ne nous reste plus grand-chose en dessert, si ce n’est nos deux acteurs principaux. Pour extirper le flegme qui est en lui, notre Irlandais au regard Tefal, nous la joue impassible du maxillaire (Mel Gibson n’était pas libre ?). De ce combat de fauves déments, ce bel indifférent, qui se prend apparemment pour Cary Grant sort bel et bien perdant. Une performance stérile, laminée par sa partenaire de taille. Car Julianne Moore n’est pas n’importe qui. Evoquant un court instant la chevaline Julia Roberts (avant de l’enterrer), elle érige ici son patronyme sur l’étagère des monstres sacrés, aux côtés de Katharine Hepburn (débit verbal détonant, rires en cascades à l’appui). Peu actrices peuvent se vanter de pratiquer aussi bien l’art de l’éclipse…