Respiro

Film italien de Emanuele Crialese

Présenté au Festival de Cannes 2002
Semaine Internationale de la Critique
 
   

Par Christophe Chauvin

 
 
   

Après Once we were strangers (Grand Prix du jury au Festival de Sundance en 1998), Respiro est le deuxième film d’Emanuele Crialese et s’annonce comme un véritable rayon de soleil sur cette Semaine Internationale de la Critique !

L’action du film se situe à Lampedusa, une île de pêcheurs au large de la Sicile, et s’inspire d’une légende de l’île. Elle raconte l’histoire d’une jeune mère charmante, aimante mais à qui les habitants reprochaient son insouciance et sa liberté. Ils la considéraient comme folle car elle ne se pliait pas aux règles de la communauté. Un jour, elle disparut : on crut à un suicide et les habitants se sentirent coupables. La légende raconte que les prières l’ont ramenée à la vie et qu’elle a pu reprendre sa place au sein de la communauté.

Le metteur en scène a donc utilisé ce mélange de réalité et de fable, de rêve pour concocter un film au "réalisme magique" (dixit Emanuele Crialese). A travers des images magnifiques (Fabio Zamarion à la photographie), notamment des plans tournés dans l’eau ou sur les falaises, et une musique envoûtante, il raconte une histoire simple mais très émouvante. Par des plans toujours très soignés, le réalisateur joue beaucoup sur les symboles, par exemple celle de l’eau qui représente ici la liberté. Liberté qui, pour Grazia (l’héroïne), est synonyme de vie. C’est d’ailleurs dans la mer, lieu de paix et d’apaisement par excellence, qu’elle trouvera son bonheur.

La très belle Valeria Golino (Prix d’interprétation au Festival de Venise pour Storia d’amore) interprète le personnage de Grazia, à la fois simple et éclatante. Le film repose d’ailleurs beaucoup sur son interprétation très légère ainsi que celle que tous les comédiens, tous très convaincants et, pour la plupart, non professionnels. On regrettera seulement la fin du film qui tourne un peu court et aurait mérité d’être un peu approfondie.

Emanuele Crialese signe donc ici un film très plaisant, parfois très drôle, et au charme bien italien.