Poids léger
Poids léger

Film français de Jean-Pierre Améris

Avec Nicolas Duvauchelle, Bernard Campan, Sophie Quinton, Mai Anh Le

Sortie le 09-06-2004
Cannes 2004- Un Certain Regard
 
   

Par Simon Legré


Durée: 1h30

 
 
   

Boyfight

Cela commence à devenir inquiétant : depuis quelque temps, certains films français semblent contaminés par le «syndrome pialatesque», photocopiant avec mignardise le style du maître dans toute sa sécheresse rugueuse. Comme si le souci de naturalisme était devenu la marque de fabrique d'un nouveau cinéma «authentique»? La caméra (DV oblige) se veut «brute» et prétend sonder sans compromis les affects de personnages sous tensions (gardons pour mémoire l'étonnant ratage des Corps impatients). Cette fois c'est Jean-Pierre Améris qui s'essaie à ce style risqué, après nous avoir infligé un infâme marivaudage lelouchien sur fond d'agonie (C'est la vie). Cette histoire de jeune boxeur impétueux employé dans une entreprise de pompes funèbres qui se révèle à lui-même grâce à son histoire d'amour avec une jolie chinoise amorce pourtant quelques éclats qui échappent à ces sempiternels «effets de réalisme» (la première scène d'amour). Mais l'absence évidente de tout point de vue pertinent ne sauve en rien cette piteuse symbiose de Girlfight et Nous avons gagné ce soir. Le héros, incarné avec une émouvante sincérité par Nicolas Duvauchelle, avait tout pour séduire. Hélas, il se comporte comme un cliché ambulant : rebelle, mais sensible; brutal, mais humain; acide, mais poignant. Sans attendre de la part d'Améris un traitement décapant des sentiments, on assiste impuissant à la noyade de ce portrait d'écorché vif dans une bouillie de lieux communs. Traiter les rapports humains comme des uppercuts est une belle ambition cinématographique qui relève du résultat, non du procédé. Encore faut-il apprendre la simplicité et l'empathie pour les communiquer.