Les Yeux secs

Film international de Narjiss Nejjar

Avec Siham Assif, Khalid Benchegra

Sortie le 05-05-2004
Quinzaine des réalisateurs 2003, Prix de la francophonie Festival du film de Paris 2004
 
   

Par Clémentine Gallot


Durée: 2h

 
 
   

Clairvoyance des Yeux secs

Ce n’est pas si souvent que le cinéma marocain se manifeste avec autant de violence. Le premier film de la jeune Narjiss Nejjar met en scène une tribu de prostituées berbères, loties dans un recoin sublime du Maroc. Visitée par les hommes à chaque pleine lune, cette horde sauvage se compose exclusivement des jeunes femmes et de leurs mères, homologues à la retraite.

La fière Hala, cheftaine du village (et personnage un peu poussif) régente cette petite troupe autarcique. L’ordonnance de cette vie recluse se trouve un jour ébranlée par l’arrivée d’une ancienne du village qui croupissait en prison depuis trente ans, suivie d’un jeune zouave tenace. Les Yeux secs alimentent une vision cruelle : le regard pur d’un homme introduit dans le clan matrimonial s’effondre peu à peu devant la servitude des femmes par elles-mêmes, pire, en fin de compte, que l’oppression des hommes.
Narjiss Nejjar profite d’une hauteur de vue que sa jeunesse ne dément pas : la rigueur de son travail d’enquête permet un regard inclusif qui dé-voile les traditions et force les barrières d’une écrasante misère sexuelle. De la révolte à la plénitude, le regard des Yeux secs délivre, manifestement.