Wild side

Film français de Sebastien Lifshitz

Avec Stéphanie Michelini, Yasmine Belmadi, Edouard Mikitine

Sortie le 14-04-2004
 
   

Par Clémentine Gallot


Durée: 1h33

 
 
   

L'assommoir

Un émigré russe, un jeune maghrébin et une transsexuelle forment la nomenclature de Wild side. Glorieux vainqueur du Teddy Award (prix gay de la Berlinale),  Sebastien Lifshitz (Les corps ouverts, Presque rien..) ajoute ici sa pierre qui roule à l’édifice branlant du cinéma d’auteur glauque et passablement chiant.

Point de mise à nu impudique mais, au lieu de cela, une exhibition décrépie, encastrée dans une lande ingrate  - puisqu’à tout questionnement existentiel est attribué un paysage déserté, qui le reflète -. De ce traitement racorni ne peut s’extraire nulle vérité et la gravité, on l’espère, est ailleurs que dans le ciel lourd et le mur gris. Bertrand Bonello (Tiresia) maîtrisait avec plus d’aisance, et disons-le, de profondeur, les enjeux qui guident la rentabilité du désir. Le discours intéressant du cinéaste sur son film dépasse de loin l’objet dont il rêve et  la curiosité sexuelle éprouvée ici est en fait son seul argument.

Cet ombrageux Wild side nous renvoie du fond de son caveau l’image des limbes du cinéma français que le dithyrambe, cédant, peut-être, à l’engouement des foules, continue de défendre. Le cinéma d’intimidation de Sebastien Lifshitz n’est plus même une promesse, seulement un vide retrouvé, une grammaire usée qui ne fait rien advenir d'autre qu’un piétinement.