Master and Commander

Film américain de Peter Weir

Avec Russell Crowe, Paul Bettany

Sortie le 31-12-2003
 
   

Par François-Xavier Rouyer


Durée: 2h14

 
 
   

C'est un fameux trois mats

Il est très étonnant qu'on n'attende pas avec plus d'impatience les films de Peter Weir et qu'on ne se rue pas au cinéma le jour de leur sortie pour aller les voir. On n'en espère jamais grand chose. Résultat : on est plus qu'agréablement surpris. Il en a pourtant fait, des bons films : on lui doit tout de même Le cercle des poètes disparus ou encore le plus récent Truman Show.

Le thème de la marine était d'ailleurs déjà présent dans ce film où  l'on voyait le personnage interprété par Jim Carrey surmonter  ses peurs et prendre la mer en pleine tempête. Scène annonciatrice, peut-être, de Master and Commander. Mais je  le rapprocherai plutôt  de Mosquito Coast, un autre film, injustement passé aux oubliettes, du réalisateur. Ces deux opus sont des récits de voyage dans la plus pure tradition du livre d'aventure. Une sorte de mise en images de tous nos rêves d'enfants, de photographies de nos esprits fantasques qui nous faisaient croire que nous étions perdus au beau milieu de l'océan et que nous ne réchapperions jamais de cette traversée de la baignoire pour atteindre le pommeau de douche. Mais, au delà de son grand talent épique, Peter Weir s'est toujours efforcé de donner à ces films un fort caractère politique : la dénonciation de la société de consommation dans Mosquito Coast, une attaque virulente du voyeurisme et de notre société moderne pour Truman Show. Alors on est un peu surpris, au début, de ne pas sentir cette dimension dans son nouveau film, d'autant plus qu'il détourne des faits historiques en faisant des français (encore ces satanés mangeurs de cuisses de grenouilles) les ennemis des anglais, ce qui n'était à l'époque pas du tout le cas puisque les deux nations étaient alliées contre l'Espagne, mais bon, il aurait été trop dommage de rater cette occasion de taper sur les doigts des frenchies.

Peter Weir n'a pourtant pas réalisé  un film gratuit. Il  creuse la psychologie des deux principaux personnages interprétés pas Russell Crowe (rien à redire) et le très prometteur Paul Bettany. Même si le réalisateur se complaît parfois dans les clichés, il pose néanmoins la question de savoir qui est le vrai héros dans le film, d'autant plus que le capitaine se sert d'une ruse pour le moins pas très loyale pour combattre le navire français.

A travers cette vision fantomatique du combat en mer, Peter Weir nous livre un des films les plus divertissants de ces dernières années, nous faisant ressortir de l'armoire nos vieux jouets, poussiéreux amis de nos enfances, dès que nous sommes sortis de la salle. Playmobil ou Legos, à vous de voir, je ne rentrerai pas dans un débat qui a déjà fait couler bien trop de sang.