Twentynine Palms

Film français de Bruno Dumont

Avec Katia Golubeva, David Wissak

Sortie le 17-09-2003
 
   

Par Laurence Bonnecarrère


Durée: 1h59

 
 
   

Road movie macabre

Après La Vie de Jésus et L’Humanité, voici la Passion selon Dumont. Le Golgotha est ici le désert de Joshua Tree, et les stations du Chemin de Croix sont marquées par les furieuses étreintes des deux amants héroïques. Ces ébats spectaculaires, presque sauvages, ponctuent le périple de David et de son amie Katia à travers cette sublimissime région de Californie.

Quant à la crucifixion, dans sa version " post-moderne ", elle se produit effectivement à la toute fin du film. Mais on ne vous en dira pas plus, le réalisateur demande la discrétion pour préserver le suspense… Les films de Bruno Dumont, toujours encensés par la critique, ne sont pas réputés complaisants, et celui-ci ne déroge pas à la règle. " Neutraliser le récit est une façon d’aller vers plus de cinéma " explique-t-il. De fait, le réalisateur s’interdit toute facilité: le film ne comporte quasiment aucune surprise (sinon à la fin), aucune progression dramatique apparente, peu de suspense. On suit le héros et sa compagne quasi mutiques (ils ne parlent pas la même langue), au volant de leur voiture, puis faisant l’amour, puis à nouveau au volant de la voiture, etc.

S’agit-il d’un film d’amour? D’un thriller psychologique? Ni l’un ni l’autre. Ou les deux. Mais les scènes d’" amour " sont d’une étrange brutalité; quant à la psychologie, elle est plutôt aride. Le film ne manque cependant pas de charmes: la photo est somptueuse, les paysages suffocants aussi – quoique déjà vus, par exemple chez Wenders ou dernièrement Akerman (De l’autre côté). Bref un film à conseiller aux inconditionnels de Bruno Dumont. Pas aux amateurs d’Hitchcock. Si Dumont dit détester l’Amérique et le cinéma américain, il ne crache pas en tout cas sur l’exploitation des incomparables paysages californiens. Le même film tourné en Plaine Saint-Denis aurait difficilement passé la rampe.