Long way home

Film américain de Peter Sollett

Avec Victor Rasuk, Judy Marte, Altagracia Guzman

Sortie le 02-07-2003
Grand prix du jury au Festival de Deauville 2002, Sélection officielle " Un Certain Regard " au Festival de Cannes 2002
 
   

Par Laure Becdelièvre


Durée: 1h24

 
 
   

L’amour selon Peter Sollett

Après un court-métrage très remarqué à Cannes en 2000 (Five feet high and rising y avait remporté le prix de la Cinéfondation), Long way home est le premier long-métrage de Peter Sollett. C’est aussi une sorte de version longue du premier film, qui déjà s’attachait à la vie quotidienne d’adolescents latinos du Lower East Side à New York.

Sorte de film-laboratoire écrit après observation du quotidien des jeunes acteurs non professionnels, Long way home, dans son approche naturaliste, porte un regard particulièrement juste sur une réalité méconnue.

Dans la chaleur étouffante de l’été new-yorkais, Victor, 16 ans, est un jeune latino tiraillé entre sa grand-mère ultra conservatrice (qui l’héberge avec son frère et sa sœur) et sa vie d’adolescent en pleine gloire (champion de la drague et de la frime, c’est le Don Juan du quartier).

Long way home raconte avec beaucoup de tendresse le passage à l’âge adulte de teenagers en quête d’affirmation : évitant le pathos facile, ainsi que tous les clichés sur la vie à New York, Peter Sollett nous offre un subtil portrait d’une famille et de l’adolescence, filmant avec amour et attention tous les rapports humains qui s’entremêlent.

Pour finir, on obtient un très beau film, attachant, plein d’humour et de nonchalance, et d’une sobriété très juste. Et pourtant, c’est le genre de film dont on sort apaisé mais qu’on ne peut s’empêcher de très vite oublier