Une adolescente

Film japonais de Eiji Okuda

Avec Eiji Okuda, Mayu Ozawa

Sortie le 19-03-2003
Grand Prix du Festival de Paris 2002
 
   

Par Henri Lanoë


Durée: 2h12

 
 
   

Pédophilm?

Pas vraiment. D’accord, ce premier film d’un acteur très connu au Japon, Eiji Okuda, dépeint la relation amoureuse qui s’établit entre une collégienne de quinze ans et un policier quinquagénaire, mais les amateurs de films torrides peuvent s’abstenir car l’histoire penche plus vers la comédie poétique que vers le spectacle d’ébats érotiques évoquant L’Empire des Sens.

Ce policier a une caractéristique décorative: son dos est tatoué d’un dessin représentant un oiseau à une aile. Dans sa jeunesse, il espérait que la femme de sa vie se ferait tatouer l’autre moitié. Hélas, elle n’a pas tenu parole et l’a quitté. Désormais, la collégienne n’a de cesse de voir son dos orné de l’aile manquante. Pour ne pas atténuer le plaisir de la découverte, je ne dévoilerai pas tous les paramètres familiaux de cette fable qui semble tirée d’un conte médiéval. Malheureusement, ce joli thème est alourdi par une réalisation pataude, peu préoccupée par la construction dramatique, qui s’étire durant 2 h 15, avec une dernière demi-heure où s’accumulent les personnages secondaires et les fausses fins d’incroyable façon. On regrette vraiment que Okuda ne se soit pas montré plus rigoureux dans ses choix, car il avait tous les éléments pour aboutir à un film vraiment réussi.