The Magdalene Sisters

Film irlandais de Peter Mullan

Avec Geraldine Mc Ewan, Anne-Marie Duffy, Dorothy Duffy

Sortie le 05-02-2003
Lion d’or, Venise 2002
 
   

Par Clémentine Gallot


Durée: 2h

 
 
   

Hurry up and die

The Magdalene Sisters n’est pas un témoignage sur les danses folkloriques irlandaises, encore moins un regard attendri sur le quotidien de pieuses nonnes. Ce premier long métrage de Peter Mullan pourrait s’intituler My Disgusting Laundrette: le cinéaste signe en effet une charge féroce contre l’église et l’Etat irlandais, stigmatisant… d’obscures laveries où furent envoyées des milliers de femmes.

Si la méritocratie est la légion d’honneur du pauvre, pas de condescendance ici. Ne cédant pas un instant à la complaisance, Peter Mullan filme avec sobriété une réalité impitoyable et perfide, faisant corps avec ses martyrs: le Lion d’Or de Venise lui revient de droit.

Fille perdue? Pauvre? Orpheline? Victime de viol? Fille-mère? Trop jolie? Handicapée? Bienvenue aux Magdalene Homes.

Les " soeurs de la miséricorde " officiaient dans des institutions qui se réclamaient de Marie-Madeleine, la pécheresse devenue sainte femme après avoir lavé les pieds du Christ.

Dans une sorte de bagne avec la bénédiction de tous, les jeunes filles menaient un train de vie qui n’avait rien à envier aux marines de Full Metal Jacket. Dix heures par jour, sept jours sur sept, condamnées à laver le linge sale des villes alentour, pour expier leurs " fautes "… Enlevées à leurs familles, elle étaient isolées, exploitées, séquestrées, humiliées, violentées, tondues… dans l’indifférence générale.

Cette histoire se passe en 1964. Elle prend fin en 1996.