Mon idole

Film français de Guillaume Canet

Avec Guillaume Canet, François Berléand

Sortie le 18-12-2002
 
   

Par Henri Lanoë


Durée: 1h50

 
 
   

Télé-Poubelle

Un producteur de télévision caractériel fascine un assistant de plateau qui se fait piller ses idées par l’animateur-vedette. Manipulateur cynique, il invite le jeune homme pour un week-end à la campagne qui va tourner au cauchemar.

Pour dépeindre le monde cruel et violent de la télévision privée, Guillaume Canet a réalisé un premier film cruel et violent qui parvient, malgré cela, à faire rire, ce qui n’est pas un mince mérite. L’invention délirante d’un scénario destructeur (co-écrit avec Philippe Lefebvre), la maîtrise de la réalisation et la qualité des comédiens, en tête desquels éclate le talent de François Berléand, échappé de ses emplois habituels, sont à l’origine de ce coup d’essai presque totalement réussi.

Ce " presque " est dû à une baisse de régime dans le récit qui provient de l’usure que provoque la relation Berléand-Dominant/Canet-Dominé qui s’installe un peu longuement une fois atteinte la limite de l’abjection et n’évolue pratiquement plus.

Je suis également réticent sur les partis pris du mixage et de la bande sonore qui nous assourdissent en permanence avec des musiques presque ininterrompues dont le niveau finit par diminuer la capacité d’écoute au lieu de la stimuler.

Mais la dynamique générale de l’entreprise l’emporte sur ces quelques défauts et nous entraîne vers une conclusion catastrophique qui est la seule issue logique de cette fable tragique.