Rebelles
Lost and delirious

Film canadien de Léa Pool

Avec Piper Perabo, Jessica Paré, Mischa Barton

Sortie le 04-12-2002
D’après le roman de Susan Swan, " The Wives of Bath "
 
   

Par Laure Becdelièvre


Durée: 1h44

 
 
   

Promesses déçues

Après Emporte-moi, Léa Pool retrouve dans Rebelles son thème fétiche de l’adolescence qui se cherche, entre une vie familiale tourmentée et une sexualité marginale : en raison de son passé familial semblable, Mary, nouvelle venue dans un pensionnat de jeunes filles, se lie d’amitié avec ses compagnes de chambre, Tory et Paulie, même si elle semble déconcertée par l’amour qui les unit. Un jour celles-ci sont surprises dans une situation compromettante : Tory cède aux pressions, craignant la réaction de ses parents conservateurs, et prend ses distances face à Paulie, qui encaisse mal le choc. Mary se retrouve alors déchirée entre ses deux amies.

Malgré des jeux de caméra intéressants, Léa Pool ne fait qu’effleurer les problèmes qu’elle évoque, sans jamais les creuser : Rebelles reste beaucoup trop superficiel, dans sa critique comme dans ses conséquences. Autant certaines séquences sont superflues et frisent parfois le ridicule (notamment les ralentis), autant certains personnages dont on attendait beaucoup (la directrice de l’école, fort bien interprétée par Jackie Burroughs, ainsi que le jardinier à la sagesse exemplaire, incarné par un Graham Greene égal à lui-même) restent en retrait pendant tout le film, et c’est fort dommage.

Reste un drame qui repose essentiellement sur le jeu remarquable de ses trois jeunes comédiennes, notamment de Piper Perabo, dont le rôle tourmenté est l’occasion d’une belle prestation. Mais l’ensemble, quoique touchant, reste fade et prévisible. On aurait aimé se faire surprendre, mais ça n’est pas encore pour cette fois…