Peau d'ange

Film français de Vincent Perez

Avec Morgane Moré, Guillaume Depardieu, Karine Silla

Sortie le 09-10-2002
 
   

Par Laure Becdelièvre


Durée: 1h25

 
 
   

Un ange passe

On connaissait Vincent Perez acteur, le voici désormais réalisateur. Pour un film intimiste un peu timide, mais surprenant.

La jeune et candide Angèle quitte sa campagne natale pour aller travailler à la ville, dans une maison bourgeoise. Un jour elle rencontre Grégoire, un homme désemparé avec qui elle passe la nuit. Ils ne devaient jamais se rencontrer, ils ne devaient jamais se revoir, et pourtant leurs destins vont se croiser à nouveau…

Angèle est un ange : on nous le dit dès le début, à grand renfort de symboles, puis on nous le répète durant tout le film. Comme si Vincent Perez n’assumait pas entièrement son bel univers, et se montrait exagérément didactique de peur qu’on lui reproche l’hermétisme de cette approche philosophique, quasi mystique de la vie – et par là du cinéma. C’est bien dommage : ce film qu’il voulait si éthéré, porté par les ailes d’Angèle, se trouve d’emblée plombé par des velléités pédagogiques superflues. Erreur de débutant, peut-être…

Mais l’ange passe. Et l’on est finalement touché par ce film servi par des acteurs individuellement magistraux, avec un Guillaume Depardieu vrai, plus abîmé que jamais, une Dominique Blanc lumineuse de sainteté, et une jeune et talentueuse Morgane Moré qui, pour sa seconde apparition à l’écran après Saint-Cyr, dégage une grande pureté. Même si le film n’arrive jamais à atteindre véritablement les limbes paraboliques de l’univers du conte dont pourtant il se réclame.

Que retiendra-t-on de Peau d’Ange ? De très beaux moments d’émotion, et quelques instants de grâce dans cette fable moderne aux personnages fragiles, authentiques. Et pourtant si improbables… Un film qui vaut donc quand même le détour. Ne serait-ce que pour découvrir un Vincent Perez qui surprend, et qui semble avoir gagné son titre de réalisateur.