Lillian

Film américain de David William

Avec Lillian Folley, Wilhamenia Dickens, Steve Perez

Sortie le 21-08-2002
Prix spécial du jury au festival de Sundance en 1993 (film réalisé en 1993)
 
   

Par Laure Becdelièvre


Durée: 1h22

 

 
   

Le fabuleux destin de Lillian

Ce film documentaire nous raconte la journée de Lillian, une femme noire d’une cinquantaine d’années. Elle a fait de sa maison, où elle abrite déjà sa petite-fille, un lieu d’accueil pour enfants de l’assistance publique et personnes âgées. Lillian n’a pas une minute pour elle : tout au long de la journée, elle ne cesse de se consacrer aux autres. Un matin, Frank, son propriétaire et ami, lui annonce qu’il va mettre la maison en vente…

C’est seulement cette année que nous découvrons ce film de David Williams, réalisé en 1993. Pour notre plus grand bonheur. Touchant et sincère, Lillian est un film atypique, hybride : mi-documentaire, mi-fiction, il met en scène dans une simplicité de décor extrême, des personnages réels – Lillian Folley joue son propre rôle –, et pourtant si oniriques ! Fragiles, absents, évanescents, ce sont comme des fantômes rassemblés, dans une maison du bonheur à la lumière feutrée, autour de la fée Lillian. Ange gardien spirite à l’aura aussi humble qu’intense, Lillian est, paradoxalement, ancrée solidement dans la vie : généreuse et courageuse, cette héroïne du quotidien porte un message de vie et d’amour qui nous bouleverse. A cet égard, la caméra, qui met en évidence la beauté cachée des objets – trésors de vie pour Lillian –, des lieux et des gens, porte un regard insolite sur un réel, pourtant plus qu’éprouvant, mais que Lillian sait affronter avec humour, simplicité et confiance.

Le film comporte quelques ralentissements, mais ces longueurs ne s’inscrivent-elles pas dans une réflexion sur le temps et sur l’absence ? Quoi qu’il en soit, Lillian, pourtant si humble, est un film qui marque. Et Lillian, pourtant si simple, est une femme qui irradie.