Winter's bone

Film américain de Debra Granik

Avec Jennifer Lawrence, John Hawkes, Kevin Breznahan, Dale Dickey

Sortie le 02-03-2011
Meilleur Film / Meilleur Scenario Sundance 2010 Prix du Jury Deauville 2010
 
   

Par Henri Lanoë


Durée: 1h40

 
 
   

Qu elle était noire ma vallée


      Ree, adolescente de 17 ans, a un jeune frère, une très petite s½ur, une mère dépressive et un père qui a fini en prison pour trafic de la drogue locale : la meth. Cette vie de cauchemar se déroule de nos jours dans les monts Ozarks, Missouri, au coeur des Etats-Unis. Courageusement, Ree assume les tâches domestiques et nourrit tant bien que mal la famille avec l’aide intermittente d’un oncle farouche qui vit dans la maison voisine de la sienne. Le délabrement des habitations et l’état des jardins qui servent de dépotoirs nous ramènent aux temps de la grande dépression des années trente.

      Cette vie précaire se trouve menacée lorsque les autorités viennent annoncer à Ree que le père a hypothéqué leur masure pour payer sa caution et qu’il a pris la fuite. La famille est donc menacée d’expulsion dans un délai très court. Winter’s Bone raconte comment l’inépuisable Ree va tenter, sans relâche, de retrouver ce père disparu afin de pouvoir conserver le taudis familial. Cette quête paraît sans espoir tant les indices pour trouver une piste sont rares et l’aide qu’elle rencontre, réticente. Circonstance aggravante, ceux qui pourraient l’aider sont des membres de sa famille, eux-mêmes plus ou moins accros ou impliqués dans le trafic de la meth et qui pratiquent donc une omerta étanche. Une longue descente aux enfers commence pour la jeune fille qui refuse de succomber à l’esclavage de cette drogue qui ravage la région et transforme ses habitants en ploucs bestiaux. Loin des codes hollywoodiens habituels, Debra Granik nous plonge dans cette american way of life d’une inhumanité effrayante.

      Rien d’étonnant que ce deuxième long-métrage de Debra Granik ait reçu deux prix au Festival de Sundance, capitale du cinéma indépendant, où son précédent film, Down to the Bone, avait déjà été récompensé en 2004. Il faut souligner la part essentielle qui revient à la jeune interprète, Jennifer Lawrence, pour sa remarquable interprétation de Ree, courageuse et butée devant les obstacles qui surgissent sans cesse pour l’écarter de son projet.