Un Lac

Film français de Philippe Gandrieux

Avec Dimitry Kubasov, Natalie Rehorova, Alexei Solonchev

Sortie le 18-03-2009
 
   

Par Elise Heymes


Durée: 1h30

 
 
   

Toujours aussi sombre, le cinéma de Gandrieux, entre expérimentation et narration métaphoriques. Un Lac déçoit par son hermétisme…

Au coeur d’une forêt, au bord d’un lac, une maison perdue dans le silence de la nature figée par le froid. Une famille. Un frère et une soeur qui s’aiment trop. Jusqu’au jour où arrive un étranger. La soeur va se libérer de l’étreinte familiale.

Les décors ont le mystère et la poésie d’un hiver sans fin, d’une contrée sans nom. L’histoire, épurée, pourrait avoir l’épaisseur d’un mythe. Mais l’image est trop complaisante quand elle fouille cette nature rude au rythme des gestes de ses rares habitants. Quand elle ne trépide pas, épileptique, imitant le corps du frère, et son cheminement intérieur, ou les battements de son coeur. L’image est trop noire pour que se tissent les fibres lumineuses d’une intrigue qui transporte. Egoïste, la caméra de Gandrieux ? En tout cas, si elle filme, elle oublie de donner à voir. Malgré ces si grands contrastes, qu’offre un rare paysage, entre obscurité et neige irradiante, sans parler de tous ces gris qu’esquissent en lignes délicates les abords du lac. Un film beau… mais creux, qui se regarde se dérouler sans réellement impliquer le spectateur…