35 Rhums

Film français de Claire Denis

Avec Alex Descas, Mati Diop, Nicole Dogue, Grégoire Colin, Ingrid Caven

Sortie le 18-02-2009
Sélection Venise et Toronto 2008
 
   

Par Henri Lanoë


Durée: 1h40

 
 
   

Black is beautiful

Depuis son premier film, Chocolat (1988), Claire Denis montre sa fascination pour l’Afrique et ses habitants qu’elle connait bien puisque son adolescence s’est déroulée au Cameroun. A l’origine de la plupart des scénarii de ses films, au nombre d’une vingtaine, elle nous a proposé des récits parfois âpres et violents qui ont parfois dérouté le public et qui se déroulent souvent dans les zones secrètes de la vie de ces Africains émigrés aujourd’hui dans nos régions.

Avec 35 Rhums, son inspiration semble apaisée et elle nous conte le quotidien de Lionel, conducteur de RER, veuf, qui vit avec Joséphine, sa fille qu’il a élevée seul. Avec une certaine malice, Claire Denis nous présente ce couple qui se retrouve dans la cuisine à l’issue d’une journée de travail, comme de possibles mari et femme. Et c’est bien là le problème : Lionel est de plus en plus conscient que Joséphine est devenue une jeune fille qui s’occupe désormais des taches ménagères - comme une épouse - mais qu’il serait temps d’envisager l’inévitable séparation qui sera une épreuve pour tous les deux. Le voisinage et l’entourage professionnel de Lionel vont s’intéresser à ce délicat problème, qui est le ressort de l’histoire, jusqu’au pèlerinage outre-Rhin sur la tombe de la mère de Joséphine qui était Allemande

L’originalité la plus apparente de 35 Rhums vient de sa distribution entièrement noire : le cheminot est noir, comme tous ses collègues, ainsi que les voisins de l’immeuble, les passants dans la rue ou les chauffeurs de taxi : on pourrait se croire à Abidjan, dans un film de Jean Rouch, mais nous sommes bien dans une banlieue parisienne idéale, où nulle ombre de racisme ne semble traîner. Le seul blanc, interprété par Grégoire Colin, est le voisin du dessus, mal dans sa peau, amoureux inavoué de Joséphine, dont le mal de vivre contraste avec la bonne humeur et la générosité du reste de l’entourage. Nous en conclurons donc, avec Claire Denis, que les choses seraient beaucoup plus simples si tout le monde était noir et on imagine assez bien quelle comédie musicale Broadway pourrait tirer d'un pareil thème. Les comédiens favoris de la réalisatrice, Grégoire Colin et Alex Descas, interprètent avec talent cette fable sympathique et parrainent les débuts d’une ravissante nouvelle venue : Mati Diop.