Tôkyô !

Film français de Collectif Gondry/carax/Bong Joon-Ho

Avec Ayako Fujitani, Ryo Kase, Ayumi Ito, Denis Lavant, J-Fr.Balmer, Renji Ishibashi, Azusa Takehana, KaoRi, Julie Dreyfus, Teruyuki Kagawa, Yu Aoi, Naoto Takenake

Sortie le 15-10-2005
En compétition Cannes 2008
 
   

Par Henri Lanoë


Durée: 1h50

 
 
   

Rhapsody in Yellow

TOKYO !faisait partie de la sélection Un Certain Regard dans la compétition cannoise de cette année. Choix pertinent puisqu’il s’agit de trois points de vue sur la capitale japonaise portés par trois cinéastes, Michel Gondry, Leos Carax et Bong Joon-Ho, qui ont chacun réalisé un film court inspiré par la ville et dont la réunion constitue le long-métrage proposé. L’espoir des producteurs d’obtenir un tout homogène, une sorte de rhapsodie réunissant ces éléments disparates, n’a cependant guère abouti même si Tokyo constitue l’unité de lieu de ce projet.

On ne peut s’empêcher de juger chaque film séparément puisqu’ils ne constituent pas un tout partagé par les réalisateurs mais trois oeuvres divisées par des génériques intempestifs. De plus, les scenarii de Michel Gondry et Leos Carax pourraient se dérouler dans n’importe quelle ville. Seul le récit du Coréen Bong Joon-Ho fait appel à un comportement japonais, le hikikomori, qui consiste à s’isoler totalement du monde en vivant reclus, pratique peu répandue dans le reste de la planète. Par l’étrangeté du sujet et l’élégance de sa réalisation, ce film remplit les obligations du cahier des charges imposées. Celui de Michel Gondry propose un postulat tirant vers le fantastique : une jeune fille peu ambitieuse prend conscience qu’elle passe aussi inaperçue qu’un meuble dans une pièce et se transforme progressivement en chaise. Mais on voit mal l’influence de Tokyo dans cette fable adroitement saupoudrée d’effets spéciaux. Quant au pensum de Leos Carax, élégamment intitulé MERDE, il suggère évidemment au spectateur paresseux un jugement sans équivoque.