Parlez-moi de la pluie

Film français de Agnès Jaoui
A.Jaoui / J-P. Bacri

Avec Agnès Jaoui, J-P. Bacri, Jamel Debbouze, Pascale Arbillot, Guillaume de Tonquedec, Frédéric Pierrot

Sortie le 17-09-2008
 
   

Par Henri Lanoë


Durée: 1h38

 
 
   

Baisse de régime ?

Après une irruption talentueuse comme auteur / actrice avec Cuisine et Dépendances, Un Air de Famille et On connaît la Chanson, Agnès Jaoui a confirmé son talent en passant à la réalisation avec Le Goût des Autres, puis Comme une Image. Cette ½uvre féconde, co-écrite avec Jean-Pierre Bacri, nous a apporté un éclairage différent, des situations inventives et des personnages aux réactions imprévisibles - mais cohérentes - qui renouvelaient la comédie de m½urs en prenant nos attentes à contre-pied. Toutes ces qualités m’ont paru étiolées dans son dernier film qui m’a donné l’étrange impression d’une copie d’élève qui voudrait faire du Jaoui / Bacri « à la manière de ».

Les relations hors normes des personnages qui formaient l’armature béton des oeuvres précédentes ne semblent plus préoccuper autant les auteurs de Parlez-moi de la Pluie. Elles sont remplacées par les banals problèmes amoureux d'une candidate aux élections régionales, et par ceux de sa s½ur ou du garçon d’hôtel qui n’ont guère dû donner la migraine aux scénaristes quand on voit comment ils happyendent la fin de leur histoire. Les dialogues parfois brillants, mais surabondants, tentent de consolider cet édifice fragilisé par trop d’invraisemblances. Comment croire que cette candidate revêche, sorte de Martine Aubry autoritaire et surdouée, puisse tolérer jusqu’à la fin de la projection la nullité de ces deux pseudo journalistes, véritables Abbott et Costello de l’interview ? C’est pourtant sur cette situation improbable que repose tout le scénario.

S’ajoute aussi à notre déception l’injuste sensation de déjà vu et entendu qui menace les auteurs et acteurs dotés d’une originalité réelle mais que la répétition et le temps fragilisent. Si Debbouze évite avec bonheur de faire du Jamel, Jean-Pierre Bacri n’échappe pas à son traditionnel personnage de bougon mal luné qui, évidemment, surprend moins désormais.

Si Parlez-moi de la Pluie était le premier film d’Agnès Jaoui, certaines de ces réserves n’auraient aucun sens et on soulignerait volontiers ses qualités évidentes. Mais il demeure que l’invention et l’originalité qui caractérisaient Le Goût des Autres, entre autres, restent inégalées à ce jour, ce qui nous a rendu exigeants.