Les bureaux de Dieu

Film français de Claire Simon

Avec Anne Alvaro, Nathalie Baye, Rachida Brakni, Michel Boujenah, Isabelle Carré, Lolita Chammah, Béatrice Dalle, Nicole Garcia, Marie Laforêt, Emmanuel Mouret…

Compétition Quinzaine des réalisateurs, Cannes 2008
 
   

Par Elise Heymes


Durée: 2h02

 
 
   

Dans les "Bureaux de Dieu", Claire Simon transpose brillamment à l’écran ce lieu de « passage » féminin qu’est le planning familial.

Logé au dernier étage d’un immeuble parisien, auquel le spectateur accède à l’image par un ascenseur qui n’en finit pas de monter vers les cieux, le planning familial de Claire Simon se fait à la fois, comme tous les plannings familiaux, l’espace de transit entre la jeune fille et la femme, l’ignorance et la prise de conscience du corps féminin, le refus et le désir d’être mère – ou l’inverse – l’inconscience et la connaissance de cause, etc. Elle y met donc en scène le choix ou la possibilité pour la femme de maîtriser son destin personnel. S’inspirant de la célébrité de nombre des « 343 salopes » qui avaient soutenu en 1971 la lutte pour la légalisation de l’avortement, Claire Simon a choisi de réunir devant sa caméra une dizaine d’actrices célèbres qu’elle confronte à des jeunes femmes apparaissant pour la première fois à l’écran. Les actrices confirmées incarnent les membres du personnel, les autres, les femmes venues les consulter. Les « modèles » reçoivent les témoignages et transmettent leur savoir et leur expérience aux autres. Claire Simon les a fait se rencontrer uniquement dans la fiction, pendant les prises, chaque comédienne professionnelle et non professionnelle arrivant avec son texte, sans rien véritablement connaître de son interlocutrice. Cette stratégie est redoutablement efficace : elle confère au film réalité et spontanéité. Ce que renforce une autre méthode ; le plan séquence où s’accomplit nécessairement l’écoute.
Claire Simon n’a utilisé que des témoignages réels, auxquels elle a assisté. Elle fait fi du vieux débat documentaire-fiction et réalise une oeuvre de pure fiction, où le réel est dense, la parole extrêmement vivante, les émotions particulièrement nuancées.