There will be blood

Film américain de Paul Thomas Anderson

Avec eur réalisateur et ours de la meilleure contribution artistique (festival de Berlin 2008), Golden globe du meilleur acteur pour Daniel Day-LewisDaniel Day-Lewis, Paul Dano...

Sortie le 27-02-2008
Ours du meilleur réalisateur et ours de la meilleure contribution artistique (festival de Berlin 2008), Golden globe du meilleur acteur pour Daniel Day-Lewis
 
   

Par Anaïs Jurkiewicz-Renevier


Durée: 2h38

 
 
   

Cinéma pionnier

Daniel Plainview, chercheur d'or, s'installe à Little Boston avec son fils pour tenter sa chance. La fortune lui sourit, l'homme devient l'un des personnages les plus importants de cette petite ville en expansion où chacun lutte pour survivre.

There will be blood est l'une des bonnes surprises cinématographiques de cette année. Primé au festival de Berlin (ours du meilleur réalisateur et ours de la meilleure contribution artistique) et aux Golden Globes (prix du meilleur acteur pour Daniel Day-Lewis), il connaît un succès tapageur.
La clé de ce succès apparaît dès le début du film : l'atmosphère du film est sombre et étourdissante, écrasée par une bande son de Jonny Greenwood qui en dérangera plus d'un. Chaque séquence prend le temps de développer l'esthétique inquiétante (couleurs âpres, paysages étendus, maisons étroites et lugubres) du film dans toute sa splendeur et de dévoiler une force et une énergie peu communes au cinéma.
Paul Thomas Anderson réussit, sur fond de critique du mythe de la réussite à passer de la pseudo-épopée à l'impitoyable film psychologique, sans même en avoir l'air. Il sait exactement comment doser chaque plan pour mettre en scène la cruauté à travers le portrait d'un personnage complexe et abject.
Daniel Day-Lewis qui interprète ce rôle est somptueux. Sa prestation est fulgurante. Paul Dano, aperçu dans Little Miss Sunshine complète ce face à face intense. Il interprète un jeune prête ténébreux et perturbé, qui tente péniblement de s'opposer à la figure toute puissante de Daniel Plainview.
Ce fabuleux duo fait monter la tension psychologique à son comble. Tout dans le film est troublé, ambigu. Le spectateur perd facilement ses repères sans pour autant jamais perdre le fil de l'histoire. Même quand le silence s'impose, surtout quand le silence s'impose, il ne reprend jamais son souffle.

There will be blood est pionnier d'un cinéma nouveau, qui n'hésite pas à jouer avec ses propres règles pour tenter une expérience nouvelle, et réussie. Il restera gravé dans les annales.