Too young to die

Film coréen de Park Jin-Pyo

Présenté au Festival de Cannes 2002
Semaine Internationale de la Critique
 
   

Par Christophe Chauvin

 
 
   

Hymne à la vie, hymne à l’amour

Ce premier film d’un jeune coréen, candidat à la Caméra d’or et concourant dans le cadre de la Semaine Internationale de la Critique 2002, est une charmante curiosité et un film osé. Choisir de montrer, dans un premier film, un couple de septuagénaires faisant l’amour pour de vrai, il faut le faire !

L’histoire est tirée de faits réels. Le réalisateur pose un regard objectif sur ces deux personnes de 70 ans qui se rencontrent et vont tout simplement s’aimer comme s’ils avaient 20 ans, avec tout ce que cela suppose : complicité presque enfantine, jalousies, disputes, réconciliations et scènes de sexe, le tout filmé sans voyeurisme, ni pudeur, mais avec une proximité jamais choquante, toujours juste et vraie. Les scènes érotiques auraient pu être glauques, mettre mal à l’aise (du fait de l’âge des protagonistes) : au contraire, elles n’en sont que plus touchantes et montrent que même à cet âge, la relation amoureuse passe aussi par le plaisir charnel et les câlins affectifs dans le bain. Toujours avec un ton léger et parfois très drôle, Park Jin-Pyo capte tous ces moments de la vie quotidienne du couple en nous les exposant simplement, sans jamais porter de jugement. Le film s’avère être également très touchant, notamment dans la superbe scène où l’homme cherche sa femme en courant à travers le marché et en criant son prénom ; la musique magnifique de Park Ki-Heon (un violon lancinant à la In the mood for love) ne fait que renforcer la pouvoir émotif de la scène.

Too young to die est donc un film beau et émouvant, qui choquera néanmoins certaines personnes. On souhaite à son réalisateur une grande réussite et on espère que la censure ne sera pas trop sévère !