Les climats
Iklimler

Film turque de Nuri Bilge Ceylan

Avec Ebru Ceylan, Nuri Bilge Ceylan, Nazan Kirilmis

Sortie le 17-01-2007
Sélection officielle Festival de Cannes 2006
 
   

Par Esther Castagné


Durée: 1h38

 
 
   

Chronique d’une rupture

Isa et Bahar se promènent dans des lieux paradisiaques et chargés d’histoire. Se regardent, se sourient, s’éloignent. Une larme coule sur le visage de Bahar. Silence et émotion avant la rupture. La lenteur de ce film, son apparente immobilité que l’on pourrait redouter dans un premier temps est en réalité fondamentale.

Elle s’impose à l’histoire, car il n’est pas question d’une rupture brutale ici mais de la douleur d’une séparation entre deux personnes qui s’aiment – ou se sont aimées –. On plonge dans les méandres de l’âme humaine et une délicatesse qui ne se rapprochent jamais de l’indifférence. Si le trouble – et la fascination – sont renforcés par le fait que ce sont le réalisateur et sa femme – magnifiée par la caméra de Ceylan - qui interprètent les protagonistes, le pont entre fiction et réalité s’arrête là. Car il ne s’agit ni d’autofiction, ni d’exhibitionnisme. Il ne s'agit que de montrer la souffrance et les indécisions d’une rupture amoureuse. Ils s’aiment, s’éloignent, se quittent, se retrouvent. Sans avoir jamais de certitude sur la justesse et le fondement de leur décision – ou de leur impulsion, de leur intuition ? Cette méditation sur l’impossibilité de communiquer, d’échanger et de se comprendre rappelle le cinéma d’Antonioni tant par son contenu que par sa photographie, particulièrement impressionnante. On apprécie l’absence de bavardage et la profondeur de ce long métrage intimiste et convaincant. Et on suit ces personnages à travers la complexité de la vie qui se reflète dans la beauté des paysages filmés et des climats traversés.