Little children

Film américain de Todd Field

Avec Kate Winslet, Patrick Wilson, Jennifer Connelly, Jacky Earle Healey

Sortie le 24-01-2007
Sélection Deauville 2006
 
   

Par Henri Lanoë


Durée: 2h20

 
 
   

American Bovarysm

Un été brûlant s’est abattu dans une banlieue bourgeoise de l’état de New York. Quatre desperate wives papotent dans le jardin public de la petite ville en surveillant les jeux de leur progéniture. Elles sont fascinées par un nouveau venu, jeune père athlétique (Patrick Wilson), qui joue avec son petit garçon. Sarah Pierce (Kate Winslet) tient le pari de l’aborder et d’obtenir son n° de téléphone : elle va même plus loin en simulant un baiser avec l’inconnu, hardiesse qui horrifie ses compagnes. Elles ne sont pas au bout de l’horreur puisqu’un pédophile notoire et onaniste vient de sortir de prison et erre à nouveau autour des écoles du quartier. Un comité de défense, dirigé par un ancien policier, se constitue pour protéger les chères têtes blondes.

L’intrépide Sarah est plutôt mal mariée à un jeune cadre dynamique qui se masturbe, lui aussi, en cliquant sur les sites pornos. Patrick n’est guère mieux loti avec sa ravissante femme (Jennifer Connelly) qui couche son petit garçon entre eux afin d’être sûre de passer des nuits tranquilles. Nos deux laissés pour compte ne tardent pas à joindre leurs solitudes et, protégés par les jeux de leurs little children qui justifient des rencontres fréquentes, entament une liaison charnelle torride lors des siestes des bambins. Patrick, lucide, est conscient que Sarah est plus moche que son top-model d’épouse, mais, au moins, elle est disponible. On voit que nous ne sommes pas dans l’univers de la Bibliothèque Rose. Précisons que ce jeune père au foyer n’est pas victime de la crise mais de son incapacité à devenir adulte en se présentant, enfin, aux examens qui lui permettraient de devenir avocat. Il vit benoîtement aux crochets de sa femme, réalisatrice de télévision, et n’a qu’une passion : admirer les évolutions de jeunes ados, champions de skate-board, qui s’entraînent inlassablement dans la nuit chaude.

Voilà le décor et les personnages principaux du Little Children de Todd Field. On ne pourra pas reprocher à ce scénario, dont il est co-auteur avec Tom Perrotta, d’être sur des rails conventionnels puisque rien ne permet de deviner dans quelle direction va évoluer le récit. L’intérêt que l’on porte aux héros atypiques de cette longue histoire est essentiellement nourri par cette incertitude permanente qui plane sur leurs décisions et leurs réactions jusqu’à l’aboutissement de leur parcours. Et la conclusion surprenante de ce récit désespéré ne dissipera pas la moiteur caniculaire qui écrase les habitants de cette banlieue difficile, bien que chic.