The last show

Film américain de Robert Altman

Avec Meryl Streep, Kevin Kline, Tommy Lee Jones, Lily Tomlin, Lindsay Lohan, Garrison Keillor, Woody Harrelslon, Maya Rudolph

Sortie le 06-12-2006
Sélection officielle Deauville 2006
 
   

Par Henri Lanoë


Durée: 1h45

 
 
   

Bye bye, Bob...

Couvert de Palmes, de Lions et autres Ours, Robert Altman avait même reçu un Oscar « pour une carrière qui n’a cessé de réinventer le cinéma… » On ne saurait mieux dire et, une fois de plus, le bien nommé LAST SHOW confirme cet attendu : on est bercé par une caméra toujours en mouvement, à la recherche des plus minimes réactions des comédiens, glissant dans le décor avec le soutien permanent de musiques enchaînées par un orchestre infatigable. Cette aisance élégante nous enchante jusqu’à la dernière séquence.

Inspiré par une émission de radio très populaire durant plus de trente ans (A Prairie Home Companion), le film décrit sa dernière représentation avant la démolition du théâtre où elle se déroulait. En effet, cette émission qui était un véritable spectacle de music-hall, infiltré d’annonces publicitaires humoristiques, avait lieu dans un théâtre de St Paul (Minnesota) devant un public aussi fidèle que les dizaines de millions d’auditeurs répartis dans le monde entier. Le scénario est dû à Garrison Keillor, créateur et animateur de cette émission culte, qui joue également son propre rôle.

Comment réussir un film avec une émission de radio publicitaire en respectant, contrainte supplémentaire, la règle des trois unités puisqu’on ne quitte ni le lieu, ni l’action durant le temps réel que dure la représentation ? C’est là que le talent du réalisateur intervient. Tournant avec plusieurs caméras, en présence du public, il capte la continuité de l’action sur scène et dans les coulisses et accumule un matériel qui doit faire le bonheur du monteur, puisque chaque acteur est équipé d’un micro indépendant, technique qu’Altman maîtrise depuis longtemps et donne beaucoup de souplesse au mixage final, permettant ainsi aux dialogues de se chevaucher et au spectacle off screen de se dérouler lorsque nous sommes dans les coulisses. Son amour pour la musique country ou le jazz, déjà évident dans NASHVILLE ou KANSAS CITY, éclate dans le choix de ce sujet qui s’appuie sur les goûts d’une Amérique (très) profonde. Enfin, dernier atout, cette fluidité technique est soutenue par un casting étincelant dominé par une Meryl Streep retrouvée, enfin débarrassée des fringues de Prada.

« The show must go on » n’est pas le seul moteur de cette histoire filmée par un vieil homme qui sent sa fin prochaine, entouré d’acteurs vieillissants qui évoquent ce qu’ils furent. La mort rôdait vraiment dans les coulisses du théâtre et effleurait tous les personnages de cette danse macabre dont Robert Altman fait désormais partie. THE LAST SHOW n’est pas seulement un brillant reportage sur le music-hall populaire, c’est aussi une émouvante méditation prémonitoire sur notre condition humaine.