Red road

Film anglais de Andrea Arnold

Avec Kate Dickie, Tony Curran, Martin Compston, Natalie Press

Sortie le 06-12-2006
Prix du Jury, Cannes 2006
 
   

Par Henri Lanoë


Durée: 1h53

 
 
   

Sex o'glauque

Jackie travaille dans une société de vidéo surveillance. Devant un mur d’écrans, elle veille sur un quartier populaire et protège, à leur insu, les habitants qu’elle retrouve chaque jour et finit par connaître. En cas de violences ou d’agression, elle peut contacter la Police qui intervient. Son service terminé, elle retourne, solitaire, dans son pauvre logement et allume la télé. Le bonheur, quoi... Un jour, elle croit reconnaître un homme qui habite dans une barre d’immeubles sinistres, sur Red Road. Jackie se met à filer ce personnage qui la bouleverse pour des raisons que nous allons découvrir progressivement.

Premier long-métrage d’Andrea Arnold, Red Road a été produit dans le cadre d’un concept – « Advance Party » – qui contraint trois réalisateurs à développer trois histoires autour de neuf personnages interprétés par les mêmes comédiens et qui doivent, de plus, se dérouler en Ecosse. Cette sorte de « Dogme » à la sauce britannique n’a pas rebuté la jeune réalisatrice qui s’est embarquée courageusement dans cette gageure qui baigne dans une sinistrose totale : banlieue glauque parsemée d’immeubles hideux sous un ciel plombé permanent, personnages qui carburent à la bière et forniquent ivres morts, bref tous les éléments étaient réunis pour récolter le Prix du Jury de Cannes et compléter le Grand Prix attribué à Flandres. Sacré Wong Kar Wai !

Heureusement, Andrea Arnold - qui est évidemment libre de ses choix artistiques et climatiques - ne manque pas de talent pour dépeindre l’errance de ses personnages et bénéficie, elle au moins, d’un scénario intrigant et de bons acteurs. On peut seulement regretter l’abus des séquences de vidéo surveillance qui représentent un métrage important, fastidieux pour l’oeil, d’autant plus que la durée du film autoriserait des coupes qui allègeraient le récit tout en le renforçant.