Les Fous du roi
All the King's Men

Film américain de Steven Zaillian
Adapté du roman homonyme de Robert Penn Warren (Prix Pulitzer 1946)

Avec Sean Penn, Jude Law, Kate Winslet, James Gandolfini, Mark Ruffalo, Anthony Hopkins

Sortie le 01-11-2006
 
   

Par Esther Castagné


Durée: 2h15

 
 
   

L’ascension d'un plouc

Plébiscité par son peuple, Willie Stark accède au poste de gouverneur de Louisiane et dérange la vieille classe politique qui voit d’un mauvais oeil l’accession de ce vaurien au pouvoir. Le Sud est encore fortement marqué par les différences de classes – et de races – et l’on accepte mal cette élection démocratique. Les Fous du roi retrace l’ascension et la chute de ce démagogue hors catégories.

Zaillian signe ici une fresque politico-sociale aux allures de polar. Son héros, plutôt antipathique, s’entoure de ceux qui le conduiront à sa perte. Et pourtant, si différents soient-ils, tant dans leurs intérêts que par leur rang social et leurs convictions politiques, ils forment un groupe cohérent, logique. Zaillian suit fidèlement l’évolution de son protagoniste, en montre les travers mais aussi les qualités à travers le regard tantôt impressionné tantôt cynique du journaliste interprété par Jude Law.
De l’idéalisme à la trahison, de la culpabilité à la tentative de rédemption, on trouve ici tous les grands sentiments et toutes les nobles causes associées à l’appétit du pouvoir, ce qui nuit au film. On finit par ne plus voir que le cliché, l’excès. Alors que les acteurs sont bons, voire excellents (Anthony Hopkins dans un second rôle lui permettant d’exprimer toute la subtilité de son jeu, toute l’ambiguïté dont il est capable de faire preuve).
Sean Penn incarne avec fougue cet orateur populaire et même populiste, il capte les tics et les manies des politiques, singe leur emphase souvent hypocrite. Il se fond dans son personnage, un "plouc" au grand coeur et dont les convictions et les idéaux se verront brisés par la découverte de la réalité du pouvoir.
Cependant, malgré ce casting impeccable, le film ne convainc guère. Un peu trop long, un peu trop caricatural...Zaillian n’arrive pas vraiment à nous transmettre ses convictions et son engagement.