Scoop

Film américain de Woody Allen

Avec Scarlett Johansson, Woody Allen, Hugh Jackman

Sortie le 01-11-2006
Mostra de Venise 2006. Hors Compétition.
 
   

Par Esther Castagné


Durée: 1h36

 
 
   

D'entre les morts

Le paparazzo Joe Strombel meurt alors qu'il est sur un scoop phénoménal. Laisser passer une si belle occasion est impensable pour un journaliste à scandales, même depuis l'au-delà. Il s'évade donc du bateau qui le conduit vers l'autre rive pour donner à Sondra Pransky, jeune étudiante en journalisme arriviste et américaine, le scoop sur l'enquête du « tueur au tarot ». Le magicien Splendini, américain lui-aussi, devient involontairement le complice de sa compatriote sur qui il se charge de veiller, tel un père. Ensemble ils tenteront de démasquer le machiavélique Peter Lyman, citoyen au-dessus de tout soupçon mais derrière lequel se cache, au dire de Strombel, le tueur au tarot...

Le nouvel opus de Woody Allen n'est pas sans rappeler à divers égards Match Point, son film précédent : tournés à Londres, traitant du choc de culture entre états Unis et Grande-Bretagne et plus spécifiquement entre Londres et New York, traitant également de la haute société londonienne, enfin ayant tous deux pour protagoniste Scarlett Johansson. Cette fois pourtant Woody Allen se met également en scène dans le rôle d'un magicien raté.
Cette intrusion de la magie ainsi que la façon dont Allen représente le purgatoire d'où Joe Strombel réussit à s'éclipser temporairement afin d'aller informer Sondra de son dernier scoop nous permet de revenir à l'univers très typique du réalisateur et à ses obsessions de toujours qu'on avait un peu perdues dans le film finalement très impersonnel qu'était Match Point. Sa présence pallie cette lacune – qui était plutôt un avantage pour les détracteurs du cinéaste new-yorkais –.
On retrouve la verve de Woody, ses bons mots, ses névroses. Rien de bien nouveau.
Ce qui l'est en revanche c'est la peinture de la société huppée londonienne, à travers notamment la présence du beau et séduisant Lord anglais, Peter Lyman, homme d'affaires à ses heures et potentiel meurtrier, dont Sondra tombe bien évidemment amoureuse, à ses risques et périls...
Interprété par Hugh Jackman – impeccable –, ce personnage est le plus réussi et le plus original du film. Sorte de Docteur Jekyll et Monsieur Hyde, Peter Lyman n'est pas sans évoquer également Jack l'éventreur. La scène où Sondra et Spendini le surprennent et le suivent à travers les rues obscures de Londres est d'ailleurs très proche visuellement de l'univers du roman de Stevenson et de l'idée qu'on peut se faire de cette Londres trouble et meurtrière.
Les ombres portées, la pénombre tout concourt à rendre finalement plausible la culpabilité de Peter. Jusque impeccable et quasi irréprochable, il était toujours présenté dans son élément, dans son monde et cette entrave aux règles le révèle sous un autre jour.
A partir de là, l'enquête de Sondra mais surtout celle de Splendini prendra un autre tour qui nous conduira au dénouement. Woody Allen réussit donc en quelque sorte à mettre en place un thriller farfelu aux allures de comédie romantique.