The Queen

Film anglais de Stephen Frears

Avec Helen Mirren, Michael Sheen, James Cromwell, Helen McCrory, Alex Jennings, Roger Allam, Sylvia Syms

Sortie le 18-10-2006
Festival de Venise 2006 : Coppa Volpi de la meilleure actrice et Meilleur scénario.
 
   

Par Esther Castagné


Durée: 1h39

 
 
   

Blair save the Queen !

Dimanche 31 août 1997. La princesse Diana meurt dans un accident de voiture à Paris. La famille royale d'Angleterre, pourtant très hostile à la défunte princesse, survivra-t-elle à ce deuil ? Recluse dans son domaine écossais de Balmoral, la Reine va devoir faire face à l'hostilité de l'opinion publique et à la popularité grandissante de son nouveau premier ministre, le toujours souriant Tony Blair. Comment en une semaine l'une des plus anciennes et des plus puissantes monarchies d'Europe va-t-elle réussir à surmonter cette crise sociale qu'elle ne comprend pas et qui la dépasse tant par ses motivations que par son ampleur ?

Stephen Frears signe ici un film surprenant. Le réalisateur revient sur l'un des événements les plus marquants de cette dernière décennie pour la société britannique : la mort de Lady Di. Mais plutôt que de tirer une fiction de cette histoire vraie, plutôt que d'en faire un documentaire méticuleux, il choisit d'adapter le point de vue royal et de nous plonger l'espace de son film, autrement dit l'espace et le temps de cette crise sans précédent, dans l'intimité de la Reine.
Et le pari est réussi ; le cinéaste arrive à rendre crédible et vivant ce monde à part.
Fidèle à l'esprit britannique, respectueux des institutions de son pays et de leurs représentants, The Queen nous plonge dans les univers si diamétralement opposés de la Reine et de son ministre. Le faste et l'impitoyable rigueur protocolaire d'une part, la simplicité et la familiarité d'autre part.
Frears joue aussi avec l'image et son rapport à la réalité en insérant des documents d'archives et notamment certaines séquences télévisuelles liées à la vie et à la mort de l'ex-princesse de Galles.
Tout est ici construit avec habileté et subtilité, depuis le scénario jusqu'aux décors en passant évidemment par la mise en scène et les jeux d'ombres et de lumières. Mais s'il est une palme à remettre ici, elle va peut-être en premier lieu aux acteurs, tous épatants à commencer par Helen Mirren, prix d'interprétation mérité lors de la dernière Mostra de Venise, et qui affiche une troublante ressemblance avec la souveraine en exercice…