Little Miss Sunshine

Film américain de Dayton/Faris

Avec Steve Carell, Abigail Breslin, Toni Collette, Paul Dano, Greg Kinnear, Alan Arkin

Sortie le 06-09-2006
 
   

Par Anaïs Jurkiewicz-Renevier


Durée: 1h40

 
 
   

Pessimismissed

Olive, 7 ans, caresse l’espoir d’être un jour reine de beauté. Lorsqu’elle apprend qu’elle est sélectionnée pour le concours de « Little Miss Sunshine », toute la famille s’entasse dans le combi Wolkswagen, direction la Californie.

Little Miss Sunshine fait partie d’un genre de films particuliers que l’on croise depuis quelques années, tous sélectionnés pour le festival Sundance, presque tous « premiers films de » (ici, premier film de Jonathan Dayton et Valerie Faris). Ce genre de films un peu émotifs, un peu optimistes, style « post-post-11 septembre », qui nous disent qu’en Amérique tout va (presque) bien. Un peu critiques aussi, mais jamais vraiment subversifs. De Garden State à Moi, toi, et tous les autres, chacun dans leur style mais tous un peu pareils, ils font quand même partie des films qu’on aime aller voir, parce qu’on en ressort souriant.
Et si on les aime, c’est parce qu’ils répondent à des critères bien particuliers. Ici, on apprécie l’humour des situations burlesques que rencontrent les personnages, le placement de produits culturels presque intellectuels (Proust, Nietzsche), que l’on accueille avec un petit rictus, et bien sûr les clichés dépeints par les réalisateurs. Entre autres, l’américain moyen, mais quand même un peu au-dessus qui nous propose le programme suivant : « comment être un gagnant en 9 points ? ». Malheureusement, ces personnages clichés évoluent pour la plupart trop rapidement, en trop peu de temps de film, pour que ce soit crédible.
Little Miss Sunshine reste un très bon film de divertissement, moments d'émotions et fous rires garantis, bonne humeur à la sortie. Que demander de plus en période de rentrée ?