Président

Film français de Lionel Delplanque

Avec Albert Dupontel, Claude Rich, Jérémie Rénier, Mélanie Doutey, Florence Thomassin, Jackie Berroyer, Claire Nebout

Sortie le 20-09-2006
 
   

Par Esther Castagné


Durée: 1h38

 
 
   

Le pouvoir, un séducteur irrésistible

A 20 ans un futur Président n’est qu’un jeune homme comme les autres, peut-être plus ambitieux que les autres, qui se construit. Quelques dizaines d’années, de rêves brisés et d’illusions perdues plus tard, cet homme-là atteindra peut-être son but. S’il est résolu à tous les compromis et si son appétit du pouvoir est plus fort que toute autre tentation.

C’est là qu’en est notre Président, campé par un Albert Dupontel sévère, déterminé et capricieux, dont l’ambition est désormais de se faire réélire. Ce portrait acerbe du monde politique tombe à pic compte tenu du climat pré-électoral dans lequel nous vivons en ce moment. Même si, bien entendu, toute ressemblance avec un ou des personnages existants serait purement fortuite ! Quant aux similitudes avec des personnages ayant existé, et tout particulièrement avec des présidents ayant régné, elles sont, elles, tout ce qu’il y a de plus volontaires : on emprunte à chacun afin de mieux dépeindre une fonction, la plus haute, parfois la plus enviée. Dans le camp des envieux, il y a les jeunes requins qui se révèlent tels au contact du locataire de l’élysée et qui peut-être réussiront à vaincre à leur tour et puis il y a les autres, qui restent dans l’ombre malgré tous leurs efforts. Au fond, Lionel Delplanque dépeint ce monde comme une jungle où la loi est celle du plus rusé et du plus impitoyable. On écrase pour réussir et on le fait sans scrupules. Et là encore la fiction rejoint la réalité, pour ne pas dire qu’elle la calque. La flatterie est de mise, l’arrivisme est un fait. Les amoureux du pouvoir et de la réussite sont pris dans leurs contradictions et se perdent. Ils sacrifient leurs idéaux de jeunesse et sont amers de ce renoncement qu’ils vivent, tout en le récusant, comme une défaite.
Pour interpréter ces personnages, rarement sympathiques, du moins pour ce qui est des hommes, Delplanque a engagé d’excellents acteurs, tous convaincants et nuancés. La palme revient à l’extraordinaire Claude Rich qui incarne avec humour et brio un diplomate homosexuel, ami fidèle et dévoué (tout en gardant ses propres convictions) mais également père de substitution de notre Président.