Nanny McPhee

Film anglais de Kirk Jones

Avec Emma Thompson, Colin Firth, Angela Lansbury, Kelly McDonald, Imelda Staunton, Thomas Sangster

Sortie le 08-02-2006
 
   

Par Henri Lanoë


Durée: 1h37

 
 
   

Fée Carabosse

Dans l’Angleterre victorienne, un père veuf et velléitaire est tyrannisé par ses sept enfants qui terrorisent les nannies qui se succèdent et découragent les éventuelles belles-mères qui pourraient épouser le papa solitaire. Celui-ci se désespère d’autant plus que la riche tante qui l’entretient avec sa portée lui coupera les vivres s’il ne se marie pas dans un délai d’un mois. Intervient alors une nouvelle nurse, la nanny Mac Phee, dotée de pouvoirs magiques et d’un physique d’une rare laideur, qui est bien décidée à mater ces terroristes en herbe. Cette histoire en vaut bien d’autres et se conclut à la satisfaction générale. (Signalons, pour le fun, la curieuse ressemblance du fils aîné des enfants, Simon, avec le futur Jeremy Irons : encore un tour de Nanny Mc Phee ?)

Comme ce film vise un public qui se situe entre la maternelle et la sixième, il ne me semble pas opportun d’en faire une critique : elle serait trop éloignée des préoccupations de ce jeune public, d’autant qu’il prendra certainement plaisir aux mauvaises farces de cette tribu de garnements. Je sais bien que les contes pour enfants sont peuplés de monstres et de sorcières, mais on peut tout de même se demander, entre adultes, pourquoi Kirk Jones, réalisateur issu de la pub (donc d’un milieu qui doit rendre séduisant le produit du client), a fait de cette Mary Poppins new age un personnage aussi repoussant, dans des décors aussi hideux, avec des costumes aussi criards, portés par des acteurs aussi grimaçants ? Parce qu’il imagine ainsi l’univers qu’aiment les petits-enfants ? Ne vaudrait-il pas mieux, au contraire, tenter d’éduquer le goût à cet âge influençable où la connaissance et la sensibilité se forment ? C’est d’autant plus surprenant que les excellents collaborateurs de création de ce film (décorateurs, costumiers, maquilleurs, etc.) ploient sous les récompenses et les prix divers.