40 ans toujours puceau
The 40 year-old virgin

Film américain de Judd Apatow

Avec Steve Carell, Catherine Keener

Sortie le 09-11-2005
 
   

Par Clémentine Gallot


Durée: 1h57

 
 
   

Puceau mais pas trop

The 40 Years Old Virgin est le résultat d’une association prometteuse entre deux aficionados de la comédie : d’un côté la vedette, Steve Carell, co-scénariste et co-producteur du film, star américaine du petit écran dans l’émission satyrique de Jon Stewart, The Daily Show et de l’autre Judd Apatow, producteur de comiques à la télévision (dont The Ben Stiller Show) ou au cinéma (dans divers films avec le trublion Will Ferrell) qui passe pour la première fois derrière la caméra.
Loin de la description fleurie qu’en fait le cinéaste pour appâter le client (« il s’agit d’un groupe de personnes en quête d’amour et de bonheur », dit-il) le vieux garçon héros de cette farce potache, n’est en fait ni un « born again christian » ni une Emily Dickinson au masculin mais un « boy next door », avec chemises à carreaux et pantalons moulant. Gentil geek, Andy Stitzer (Steve Carell) vit comme un grand gosse, employé godiche au Darty local, circulant sur sa bicyclette de collégien et couvant une collection figurines Batman dans leur emballage plastique. Après une série d’expériences malheureuses et/ou traumatisantes, Andy a prudemment battu en retraite et déserté le territoire de sa propre sexualité, en friche. Au cours d’une soirée de poker, il révèle, bien malgré lui, à ses collègues, que jamais gorge ne tâtât, ni rien d’autre d’ailleurs. Les confrères polissons, voyant là une occasion de se divertir, se jurent de coacher l’angélique puceau en le mettant à l’épreuve (épilation, films pornos, speed-dating). Est-il nécessaire de ménager ici le maigre suspense ? L’attendrissant benêt, malmené par l’enthousiasme lubrique de ses nouveaux amis, voit son quotidien égayé lorsque, promu vendeur au rayon télé, une quadra plantureuse lui fait du rentre-dedans. Tish, (Catherine Keener, vue dans Dans la peau de John Malkovich de Spike Jonze) divorcée dynamique, mère d’une adolescente impudique, et brocanteuse sur Ebay, va littéralement prendre en main notre vierge nigaud, pour le mener à la braguette.
Est-ce une coïncidence ? Universal Pictures avait aussi produit en 2002 le tragique 40jours et 40 nuits, qui relatait l’insoutenable calvaire d’un jeune homme privé de sexe pendant un mois. Si le film de Judd Apatow est bien plus drôle, par moments, ce qui reste du sketch original développé par le comédien, se limite à une collection de répliques et de références difficilement traduisibles.
Enfin, l’administration de G.W.Bush ne cessant d’augmenter les crédits des programmes d’abstinence destinés aux écoliers, il y a de quoi rester embarrassé face aux relents moralisateurs de 40 ans toujours puceau, avec un dépucelage en fanfare et mariage concomitant.