Match Point

Film américain de Woody Allen

Avec Jonathan Rhys Meyers, Scarlett Johansson, Emily Mortimer, Matthew Goode

Sortie le 26-10-2005
Présenté Hors compétition Cerémonie d'ouverture Festival de Cannes 2005
 
   

Par Esther Castagné


Durée: 2h03

 
 
   

Tout n'est qu'une question de chance

Chris Wilton est un jeune homme ambitieux. Par chance, le hasard lui fait
rencontrer Tom Hewett, issu d'un milieu très aisé qui se prend d'amitié pour lui et lui présente sa soeur Chloe. Celle-ci tombe amoureuse du séduisant tennisman. La même bonne étoile favorise la rencontre d'une jeune actrice américaine, Nola, et de Tom mais leur histoire se solde par une rupture tandis que Chris épouse Chloe. Dans le même temps il devient l'amant d'une Nola toujours plus possessive. Mais pour Chris le désir d'ascension sociale est plus fort que tout.

Comme le dit son héros dans les premières minutes du film : «  il vaut mieux avoir de la chance qu'être doué ». Woody Allen construit tout Match Point à partir de ces deux thèmes : la fortune et le hasard. Il y mêle le fantasme de la réussite sociale et professionnelle qui ne semble pas compatible avec le désir et à plus forte raison avec l'amour. On doit non seulement avoir énormément de chance pour gagner (et d'ailleurs cette victoire n'est-elle pas plutôt une défaite ?) mais il est encore nécessaire de faire de nombreux compromis.
Grande réussite à tous niveaux (scénario, mise en scène, interprétation), le film doit son intérêt à l'absence de manichéisme. Les personnages sont tous complexes dans leur rapport aux autres mais également dans la façon dont ils s'acceptent eux-mêmes – ou pas –. Chacun voudrait probablement être un autre et ne peut (malheureusement) pas faire autrement que d'être lui. Chacun pourrait aussi être un autre soi et c'est le hasard qui le fait devenir ce qu'il sera. On est donc tributaire de notre chance ou de notre malchance. Personne n'y peut rien.
Mais le film ne se limite pas à cette réflexion anthropologo-psychologique. L'histoire se suffirait à elle-même tant elle est habilement menée et pleine de surprises. Woody Allen nous étonne par son originalité : pour une fois il ne se met pas en scène et prend ses distances vis-à-vis de ses obsessions et autres névroses. Les acteurs sont brillants, Londres, véritable personnage, est omniprésente et splendide, quant au réalisateur, il maîtrise parfaitement son propos et sa mise en scène, sans jamais choisir la voie de la facilité ou se
laisser aller à ses travers bien connus. Un très beau film en somme, à la fois rafraîchissant, imprévisible et angoissant, que l'on a déjà envie de revoir.