My Summer of Love

Film anglais de Pawel Pawlikowski

Avec Natalie Press, Emily Blunt, Passy Considine

Sortie le 22-06-2005
Prix du Meilleur Film Britannique-Bafta 2OO5
 
   

Par Henri Lanoë


Durée: 1h26

 
 
   

les Dernières Vacances

Après les fameux plombiers, l’armée des réalisateurs polonais va-t-elle aussi déferler sur l’Europe occidentale ? S’ils ont tous le talent de Pawel Pawlikowski, on ne peut que l’espérer, malgré la victoire du NON. Voici au moins un film dont on ne devine pas, dès la première bobine, le déroulement. S’appuyant sur des personnages attachants et imprévisibles, My Summer of Love décrit la relation amoureuse de deux adolescentes, que les origines sociales séparent mais que la passion rapproche. L’une d’elle, Mona, est la soeur de Phil, tenancier du pub local qui vient d’être frappé par une foi militante, et vide, désormais, ses bouteilles d’alcool dans le caniveau : il ambitionne de dresser une immense croix au sommet de la colline qui domine le village. Mona, que l’activisme évangélique de son frère indispose, quitte le pub transformé en temple et va trouver refuge dans la belle demeure de sa nouvelle amie Tamsin qui lui joue Le Cygne de St-Saëns au violoncelle. Je m’en voudrais de dévoiler davantage l’évolution de ce récit insolite pour vous laisser tout le plaisir de la découverte.

Pawel Pawlikowski est un vrai cinéaste car il est créateur d’images. Son film s’appuie essentiellement sur des gros plans de visages que les vastes paysages du Yorkshire, aux lumières variées, viennent aérer. Il est servi par un remarquable chef-op’, Ryszard Lenczewski (également polonais, hélas, vous l’aviez deviné), et une très subtile bande sonore qui soutient avec une discrète efficacité ce récit plein de surprises. Mais My summer of love repose aussi sur un exceptionnel trio d’interprètes dont les deux jeunes filles, Natalie Press et Emily Blunt, n’avaient jamais tourné dans un long-métrage auparavant. Quand on voit le résultat, on ne peut que s’incliner devant le talent de Pawlikowski. Dommage qu'il soit Polonais... ;-)